La Maison de Jean Prouvé

1901, naissance de Jean Prouvé, architecte et ingénieur autodidacte. Après la seconde guerre mondiale, la France doit faire face à un exceptionnel besoin de logement. Pour y répondre, Jean Prouvé conçoit des modèles de maisons individuelles préfabriquées, destinées à la production de masse. Malheureusement, ces prototypes, sans doute trop modernes pour l’époque, ne donnent lieu à aucune commande. En 1952, un nouvel actionnaire investit dans l’atelier de Prouvé. Mais rapidement ce dernier se voit écarté de sa propre usine. Ses réserves financières sont nulles et Jean Prouvé doit faire vivre une grande famille. Propriétaire d’un terrain sur les hauteurs de Nancy, il entreprend dans l’urgence de créer sa propre maison. Les contraintes sont fortes : le terrain en question est un ancien vignoble inconstructible du fait de sa forte déclivité. Qu’à cela ne tienne, Prouvé construit sa maison sur une étroite terrasse située au sommet du terrain. Il considérera plus tard ce choix comme « une erreur de jeunesse ». En effet, la maison n’est accessible qu’à pieds. De plus, le sol sablonneux oblige la maison à être aussi légère que possible. Ce paramètre conditionnera le choix des matériaux ainsi que la forme même de la maison. L’étroitesse de l’espace disponible, oblige une maison toute en longueur. Les pièces sont une succession de modules alignés les uns à la suite des autres. Les pièces sont reliées entre elles par un couloir.

Bâtir une maison « avec les moyens du bord »

La dernière contrainte, qui est aussi la plus forte, n’est autre que la question financière. Jean Prouvé bâti sa maison avec « les moyens du bords ». Il construit toute la façade avec des pièces récupérées dans son ancienne usine, pièces usinées pour d’anciens projets. La façade, par exemple, est réalisée avec des panneaux conçus pour des maisons d’urgence destinées à l’origine à héberger les sinistrés de la guerre. Afin d’économiser au maximum l’espace ainsi que dans le but de simplifier les calculs, Jean Prouvé redéfinit les standards de l’époque. Il abandonne les 30 cm imposés, et définit des modules de 1m. Ainsi 9 panneaux, soient 9 mètres, boulonnés à côté l’un de l’autre, constituent la longueur totale des chambres. Les chambres des enfants sont formées de 2 panneaux, soit 2m de long par 3 de large : l’espace minimum pour satisfaire les besoins d’un écolier. La chambre parentale bénéficie d’un panneau supplémentaire, soit 9m2.

La réflexion technique engendre la forme

Beaucoup d’observateurs ont cru voir un style cabine de bateau ou wagon de train dans les constructions Prouvé. Mais l’architecte dit n’avoir jamais eu de forme à l’esprit. Seules compte pour lui l’économie d’espace, de matériaux et de travail. Les angles des portes sont arrondis car la découpe circulaire, beaucoup plus précise, permet de réaliser une porte et son encadrement dans un seul panneau de bois. Sa pensée est constructive. La forme découle de la logique de construction. Admirateur des techniques de pointes utilisées dans l’industrie automobile et aéronautique, Jean Prouvé souhaite mettre au point des technologies aussi efficaces et pratiques dans le domaine de l’habitat. La forme du panneau d’aluminium à hublots reste la caractéristique Prouvé. C’est une innovation très efficace en termes d’isolation : un panneau d’aluminium d’un mètre de large, cachant une structure de bois remplie d’isolant, et percé de hublots de verre. Là encore, la découpe circulaire, plus pratique, est préférée à la découpe d’angle. Le résultat visuel, très original et design, n’a rien à envier aux maisons contemporaines les plus modernes.

L’exception du séjour

Une maison toute en longueur, à l’exception du séjour. Prouvé conçoit là, un grand espace où réunir la famille dans son ensemble. L’impression d’espace est renforcée par la grande verrière avec vue sur la ville. Il s’agit d’une verrière à l’échelle industrielle, originellement construite pour de grands équipements collectifs. La massive porte en acier et en verre est également le recyclage d’une porte d’atelier. Cette porte-mur, s’ouvre totalement sur l’extérieur. Cette pièce d’exception se referme par une simple paroi de bois. De l’autre côté, la cuisine correspond de nouveau aux modules préfabriqués : un panneau à hublot et un panneau à volet en dessinent la façade.

La Maison Prouvé telle que vue par son auteur

Prouvé dit de sa maison qu’elle est hétérogène. C’est une « maison de brique et de broc, un-peu bricolée ». Mais tous les éléments font « partie d’une production cohérente ». Toujours animé par la même volonté de proposer des solutions fondées sur les règles de simplicité et d’économie, Prouvé a marqué l’architecture contemporaine. Il a réalisé le rêve de tout français : loger sa famille dans une maison individuelle. Constructeur dans l’âme, il crée et improvise des formes directement sur le chantier. L’expérience concrète est son moteur, sa source d’inspiration. Toute idée ou construction nouvelle repose sur l’alliage de la pratique et de la réflexion. Le toit de sa maison est un bel exemple de cette méthode de création empirique : totalement improvisé, il est créé à partir de panneaux de bois d’un mètre de large contre-collés. Au moment de la pose, Prouvé constate que le bois est très souple. Il décide alors de lui donner une forme légèrement incurvée vers le haut sur le devant au niveau du séjour. Ainsi il renforce l’impression d’ouverture vers l’extérieur, ce qui confère un aspect résolument moderne à la construction.

Remettre « l’architecture à l’endroit »

Construite en quelques week-ends, la maison Prouvé, comme l’ensemble des productions Prouvé, est pensée pour répondre à une logique d’urgence, ce qui en aurait fait une réponse adaptée à la crise du logement d’après-guerre. Mais la solution retenue à l’époque fût tout autre. À cette maison légère, économe et dynamique, on préfère une autre solution : les grands ensembles. Plus lourde et coûteuse, cette alternative présente l’avantage de répondre à une demande  colossale. Jean Prouvé signe donc une architecture improvisée au contact du réel. La maison Prouvé est inscrite aux monuments historiques depuis 1987.

Plus de commentaires.